E=MC2, LA FORMULE MAGIQUE DU RECRUTEMENT ?

Le recrutement est une science inexacte, un art complexe, qui inspire beaucoup d’humilité à tous les professionnels du secteur. C’est également un métier des plus passionnants car il touche à la dimension humaine et tente de répondre à des enjeux essentiels. C’est aussi vrai que l’on se place d’un côté comme de l’autre du marché de l’emploi : l’entreprise recherche le·la meilleur·e candidat·e, qui, de son côté, recherche l’entreprise dans laquelle il·elle s’épanouira au mieux.  L’adéquation de l’un·e à l’autre ne se vérifie que dans la durée, même si chacun·e cherche à sécuriser son choix.  

Avant tout, bien recruter, c’est investir dans la richesse la plus sensible de l’entreprise : le capital humain. Il s’agit d’une composante stratégique du développement de toute entreprise, qu’elle soit start-up, ETI ou groupe international. L’humain est au cœur du développement de toute entreprise, quel que soit son degré d’automatisation, de recours à l’IA, ou son secteur d’activité. Le développement RH, dont fait partie le recrutement, est une activité à forte valeur ajoutée qui implique chacun·e dans l’entreprise. Piloté par les services RH en étroite collaboration avec les opérationnels, c’est un enjeu dans lequel les dirigeants d’entreprise doivent, et souhaitent souvent, s’impliquer. 

Il n’est d’investissement dans l’entreprise qui ait un impact à aussi long terme. Recruter, c’est toucher à l’ADN même de l’entreprise. En ce sens, le développement des richesses humaines est un pari tout aussi ambitieux que la R&D ! 

Regardons maintenant de l’autre côté du marché de l’emploi, où la mobilité professionnelle est également un pari sur l’avenir. Rechercher le poste rêvé et l’entreprise idéale demande au/à la candidat·e de bien se connaitre, d’être au clair sur ses aspirations et de s’être préparé·e à être, non pas seulement un·e bon·ne professionnel·le, mais également un·e bon·ne candidat·e ! 

Les objectifs des recruteur·se·s et candidat·e·s sont donc convergents : faire le bon choix, maximiser l’adéquation entre un potentiel et une mission. 

Malgré un contexte de forte évolution des types d’emploi, d’uberisation de certaines activités professionnelles, le recrutement reste un levier essentiel pour toute forme d’entreprise. Dans certaines formes de collaboration qui se limitent malheureusement au court terme, on peut difficilement parler de recrutement. Mais dans la majorité des types d’emploi, le rôle des professionnels du recrutement est de maximiser les chances d’une collaboration réussie, pour que la relation soit la plus profitable pour les deux parties. 

L’évolution permanente des compétences et aptitudes recherchées, liées aux évolutions technologiques et économiques toujours plus rapides, réclame une agilité importante, aussi bien chez les candiat·e·s, que de la part des entreprises. Ce rythme accéléré et la gestion de l’infobésité semblent s’accorder plus difficilement avec le rythme des changements humains. S’il est rapide de changer l’organisation d’une entreprise, encore plus rapide d’en faire évoluer les outils, il est beaucoup plus long d’en changer la culture. Le lien entre ces différents rythmes repose de plus en plus sur la ligne managériale, avec le soutien des RH. Recruter réclame donc d’innover, dans la continuité… 

Dans ce contexte d‘incertitude permanente, particulièrement visible dans la phase de crise Covid que nous vivons aujourd’hui, les mentalités évoluent, bousculées par les générations entrantes sur le marché de l’emploi, qu’on nomme souvent générations Y puis Z, les fameux “Millenials”. Dans un monde professionnel où la relation à l’entreprise s’est distendue, le sentiment d’appartenance n’est plus la norme, où les changements de postes et d’entreprise – voire de métier – s’accélèrent, et où les frontières entre vie professionnelle et épanouissement personnel sont plus floues, la constante qui s’est imposée est le SENS. La recherche de sens chaque jour, à son travail, apparait comme la pierre angulaire de nombreuses recherches d’emplois. 

Comment, dès lors, répondre à la complexité de l’enjeu du recrutement, alors même que la guerre des talents réclame d’être toujours plus réactif dans ses décisions, que la situation économique bouscule le marché de l’emploi ? L’équation à résoudre parait de plus en plus complexe. 

Pour objectiver cette démarche de recherche et de sélection de potentiels d’un côté, et de recherche et de sélection de poste et d’entreprise de l’autre, on peut s’appuyer sur une formule bien connue : 

E = MC2. (*) 

L’Efficience de cette collaboration sera en effet le produit de trois dimensions :  

  • la Motivation,  
  • les Compétences et  
  • les Capacités.  

Vous souhaitez en savoir plus ? Rendez-vous début mars pour entrer plus en détail dans cette formule dont la simplicité apparente cache une grande complexité. 

Et merci d’avance pour vos réactions et contributions à ce qui sera un espace collaboratif.  

En matière d’humain, plus que dans n’importe quel domaine, l’intelligence, même émotionnelle, est collective 😉 

___________________________________________________________________________  

(*): E=MC2 : formule rendue célèbre par Einstein, mais que l’on doit, a priori, plus à Henri Poincaré. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/E%3Dmc2

Qui sommes-nous ? – Indside :    

Depuis 2001, Indside a choisi de faire de l’industrie son terrain de jeu, en France et à l’international. Implantées à Nantes, Paris et Lyon, les équipes d’Indside sont expertes dans la sélection et l’évaluation de cadres et dirigeants pour les PMI et ETI industrielles. Retrouvez-nous sur Linkedin ou sur notre site www.indside.fr.  

E=MC2, LA FORMULE MAGIQUE DU RECRUTEMENT ?